1.5.15

Moving with kids


When we moved to Montreal, four years ago, Jules was two and a half (and Charlotte nine months). Everyone told me it would be fine because “he’s so young, don’t worry, he will be ok”. Big mistake. It didn’t go well at all. It was a disaster! I shouldn’t have listened to them, should have done my own research, been more prepared. Two and a half is actually a tough age because toddlers that age are all emotions. They can’t (yet) fully express themselves with words but they feel everything so intensely. Combined with the fact that Jules is a little boy who likes everything to be at its place, doesn’t like change, that I think he started to be jealous of his sister, that his daddy started travelling a lot when we arrived in Canada and that I was frustrated in my job, it created an impossible situation where Jules was throwing all the anger he had inside himself against me (the only parent at home during the week). In return, I was taking it very personally and really thought my son hated me, which is one of the worst feelings I have ever experienced. My husband thought I was crazy because when he was coming home, Jules was all nice to him and everything seemed fine.

So, when we took the decision to move back to London a few months ago, I was… how to say… a bit apprehensive!
(For the record, Jules – and myself – managed to settle fine after a few months in Montreal. So much actually that we didn’t want to leave in the end!)

I thought I would share with you a few tips I have gathered about moving with kids. Because, this time, trust me, I have done my own little research!

The facts
  • The degree of stress in moving is often underestimated by all concerned. Research shows that moving house is one of the greatest stresses we face in our lives. In its capacity to cause psychological distress, it comes only after losing a close relative in terms of severity, and ahead of illness, loss of employment and divorce – Dr Niel Harris, child and adolescent psychiatrist
  • Moves are especially difficult for preschool and primary-grade children. For children, moving is a type of loss just as are death or a parent’s divorce. A child loses friends, a home, and her early childhood program, the losses often resulting in feelings of sadness and anxiety or even angerAmerican Academy of Child & Adolescent Psychiatry [AACAP], 1998; Cornille, 1993
  • Moving interrupts the separation process. Moving is especially troublesome for children during early childhood because they are in the process of separating from parents and adjusting to adults other than their parents in child care programs and schools. Young children are also adjusting to peers. Relocating often pushes young children to return to a more dependent relationship with parents than they might want, thereby interrupting the normal separation process – AACAP, 1998
Of course planned and managed well, distress is not necessarily the outcome and it can be a very enriching experience, but I wanted to underline the fact that one shouldn’t underestimate the impact moving can have on young children.

Tips

Here are tips I gathered from readings, asking friends who are expert movers or things I learned from our own various moves.

Before the move
  • Explain the reason for the move. Even at a young age, they can understand if you tell them that you’re moving because you have a new job in another city/country for instance. Let it sink in. They may not have questions for you straight away but they will have some, in time (for us, the questions came when I was one on one with them: in the morning when I was bringing Charlotte to her school; in the afternoon with Jules, when we were walking back home from school). That’s why it is better if you can tell them in advance
  • Find the right timing to tell them. We waited to tell them once we knew where they would go to school so that we could show them pictures and so that they could project themselves a little. Even better if you can show them pictures of the new house (we couldn’t unfortunately)
  • Make it the norm (if it's the case). Something I hadn’t thought about because it is not our experience: some people whose jobs have them move often make it the norm. They also often live in expatriate communities so the kids are surrounded by other kids who also move every 2-3 years. It doesn’t come as a surprise to them and becomes part of their lives. I have to say it was comforting to be able to say to Jules or Charlotte “look this friend is moving to Dubai next year, this other friend to New York”
  • Make the new destination exciting. In our case, they were very excited not to have to wear snow pants anymore (they think London is like Punta Cana… I need to straighten things up a bit)! My husband – who moved a lot in his childhood - was saying that he remembered he was super excited when his family moved from Melbourne to New York because his parents had told him that in NYC there was the biggest toy store in the world. As always, if you're positive and seem genuinely happy and excited, they'll have a sense that everything will be okay too. I was honest sometimes with them and still am. I tell them sometimes that I miss my friends in Montreal (which is true!). To which, Charlotte usually tells me “It’s OK mummy, you can call them on skype”…
  • Communicate with the other adults interacting with your kids. I asked the teachers regularly how the kids were reacting and I tried to be more present in school’s outings to observe how they were behaving myself (also true on the other side when they arrived in their new school)
  • Reassure that contact with friends can be maintained. Charlotte had a notebook where she was writing all her friends addresses. We are now writing postcards to them. We are so lucky nowadays to have Skype, Facetime, etc.

  • Give kids some control over the move. E.g., in packing even though it might not be the most productive operation (I even found moving companies that bring special boxes for kids). Equally find ways for them to claim ownership of their new surroundings like choosing the paint colour of their new bedroom, etc.
  •  Don’t use the move as an opportunity to do a big clean up. As tempting as it can be, it is apparently not the best time – especially true with kids aged 2-7…
  • Practice introductions. I practiced with both of them how they were going to introduce themselves to their new friends at school, at the park.  “Good morning, my name is Charlotte. I just moved here from Montreal, Canada, because my dad has a new job in London”
  • Throw a “see you soon” party. Ours was more a mud party in our local park (it was in early April!) but it was great. We invited all the friends we knew from the kids’ schools and various activities. The kids had a lot of fun, we took lots of pictures and it was a great way to bring “closure” to our stay in Montreal.

  • Make a photo album of the old place. I haven’t gotten round to it yet, but I will: pictures of our old house, of friends, things we liked doing as a family in Montreal, etc.
  • Use children books about moving. Below are a few titles I have used:
-      the Berenstain Bears’ MovingDay by Stan and Jan Berenstain
-      Moving House by Anna Civardi
-      Henry and Mudge andAnnie’s Good Move by Cynthia Rylant
-      Mitchell Is Moving by Marjorie Weinman Sharmat
-      Ira Says Goodbye by Bernard Waber
-      My Best Friend Moved Away by Nancy Carlson
-      Boomer’s Big Day by Constance W. McGeorge
-      Where I live by Eileen Spinelli
  • Don’t forget their very close friends. The move might be difficult for the ones who stay too and who might be sad to see their friends go as well. You can talk to them about the move, explain the reason why, tell them you will have a bed for them when they visit, that you will talk on the computer, give them pictures, etc.

One idea my husband had and I am glad he did was to have our Montreal nanny come over with us for the first two weeks of our arrival in London (using air miles and staying with us) to smooth the transition. I realise that we were lucky to be able to do it and also that she accepted.

Once you have arrived
  • Prepare the kids’ bedroom first. Our move was transatlantic so we knew we would have to wait approximately two months before we could get our belongings back. We therefore had to think about which toys/familiar objects we wanted to pack in our suitcases. Once in our new place, it allowed us to make the kids’ room cosy and comfortable for them
  • Make time for the kids. When you arrive, it is great if one of the parent is able to take time off work to help the kids settle: being present to listen to their experience in their new school, go to some of the school’s outings, going to the local playground to help them make introductions if necessary, saying hello to the other parents, gathering tips, etc.
  • Integrate through sports. My husband who moved a lot always told me that doing a lot of team sports accelerated his integration in the new place. As we were moving in the middle of the school year, which wasn’t ideal, before leaving, I had contacted the schools and a few parents to know where their kids were doing their after-school activities. I wasn’t able to register Jules and Charlotte to all the activities I wanted because some were full, but I made sure both were for instance playing soccer on the weekend.

Don’t hesitate to send us your tips! I’d be curious to know what worked / didn’t work for you if you have ever been in this situation.
                       
                                                                        ***

Quand nous avons déménagé à Montréal, il y a quatre ans, Jules avait deux ans et demi (et Charlotte neuf mois). Tout le monde me disait que le déménagement se passerait très bien parce que “il est tellement jeune, ne t’inquiète pas, tant qu'il a son papa et sa maman à ses côtés...” Grosse erreur. Le déménagement ne s’est pas bien passé du tout. Un vrai désastre ! Je n’aurais pas dû les écouter, j’aurais dû me renseigner, faire ma propre recherche, mieux me/nous préparer. Deux ans est en fait un âge difficile car les enfants de cet âge sont des boules d’émotions. Ils ne sont pas (encore) capables de s’exprimer avec des mots mais ils ressentent tout de manière tellement intense. À l’âge s’ajoutait le fait que Jules est un petit garçon qui aime que les choses soient à leur place, qui n’aime pas le changement, c’était aussi le moment où, à mon avis, il a commencé à être jaloux de sa sœur, son papa a commencé à beaucoup voyager et, cerise sur le gâteau, j’étais frustrée dans mon travail. Tout ça a créé une situation impossible par laquelle Jules exprimait toute la colère qu’il ressentait à l’intérieur de lui contre moi (le seul parent présent à la maison dans la semaine), et moi, en retour, je prenais tout très à cœur et de manière très personnelle. J’étais convaincue que mon fils me détestait, un des sentiments les pires que je n’aie jamais ressenti. Mon mari pensait que j’étais folle puisque quand il rentrait à la maison, Jules était adorable avec lui et tout semblait aller très bien.

Donc, quand nous avons pris la décision de retourner habiter à Londres il y a quelques mois, j’étais… comment dire… appréhensive !
(Pour la petite histoire, Jules – et moi – nous sommes très bien adaptés à Montréal, à tel point que nous ne voulions plus en partir !)

Voici donc quelques conseils/idées que j’ai récoltés si un jour vous êtes amenés à déménager avec de jeunes enfants. Cette fois-ci, croyez-moi, j’ai fait ma petite recherche!

Les faits

  • Le degré de stress encouru lors d’un déménagement est souvent sous-estimé par les parties concernées. La recherche montre que déménager est un des facteurs de stress les plus grands qu’il nous est donné de vivre. Par la détresse psychologique qu’il est capable de créer, il est second seulement en terme de sévérité derrière la perte d’un être proche, et se place devant la maladie, la perte d’emploi et le divorce – Dr Niel Harris, pédopsychiatre
  • Les déménagements sont particulièrement difficiles pour les enfants qui ne vont pas encore à l’école ou qui sont au primaire. Pour ces enfants, déménager est une forme de perte comparable à la mort ou à un divorce. Un enfant perd des amis, une maison, un programme pré-scolaire, ce qui peut souvent donner naissance à des sentiments de tristesse, anxiété ou encore colère – American  Academy of Child & Adolescent Psychiatry [AACAP], 1998; Cornille, 1993
  • Déménager interrompt le processus de séparation. Déménager peut être source de stress et de tension particulièrement au cours de la petite enfance car les enfants de cet âge sont en plein processus de séparation de leurs parents et essaient, en contre partie, de s’adapter à d’autres adultes que leurs parents, par exemple ceux côtoyés dans les programmes pré-scolaires ou encore à l’école. Ils essaient également de s’adapter à leurs pairs. Déménager force souvent les enfants à retourner à une relation plus dépendante avec leurs parents qu’ils ne l’aimeraient, perturbant ainsi le processus de séparation naturel – AACAP, 1998
Évidemment, un déménagement n’entraîne pas forcément une détresse psychologique. Bien planifié et bien géré, il peut être une expérience très enrichissante, mais je voulais souligner le fait qu’on ne devrait pas sous-estimer l’impact qu’il peut avoir sur de jeunes enfants.

Conseils

Voici quelques idées et conseils que j’ai trouvés au cours de lectures, conversations avec des amis déménageurs-experts ou bien tout simplement des choses que j’ai apprises lors de nos propres déménagaments.

Avant le déménagement

  • Expliquez la raison du déménagement. Même très jeunes, les enfants sont en mesure de comprendre si vous leur dites que vous déménagez parce que vous avez un nouveau travail dans une autre ville par exemple. Laissez-les absorber l’information. Peut-être n’auront ils pas de questions tout de suite, mais ils en auront plus tard, c’est sûr (pour nous, les questions sont venues au cours de trajets d’école, quand j’étais seule, soit avec Jules, soit avec Charlotte). Voilà pourquoi il vaut mieux s’y prendre un petit peu à l’avance si c’est possible
  • Trouvez le bon moment pour leur dire. Nous avons attendu d’avoir la confirmation d’où ils iraient à l’école pour leur dire, de sorte qu’ils puissent se projeter un petit peu en voyant des photos. C’est encore mieux si vous pouvez leur montrer des photos de leurs futures maison et chambre (impossible pour nous malheureusement)
  • Présentez-le comme la norme (si c’est le cas). Je n’y avais pas pensé car ce n’est pas notre cas mais c’est intéressant : pour les familles qui sont amenées à déménager souvent, présentez-le comme faisant partie de votre quotidien. Souvent, ces enfants vivent dans des communautés d’expatriés donc leurs amis aussi, vraisemblablement, déménagent régulièrement. Je dois admettre que c’était réconfortant de pouvoir dire à Jules ou à Charlotte « regarde, cet ami va déménager à Dubai l’année prochaine, cet autre ami à New York »
  • Rendez la prochaine destination excitante. Dans notre cas, les enfants étaient très excités à l’idée de ne plus avoir à remettre leur pantalon de neige (ils pensent que Londres est comme Punta Cana… j’ai besoin de remettre les pendules à l’heure je crois…) ! Mon mari – qui a beaucoup déménagé au cours de sa jeunesse – me disait se souvenir de son excitation lorsque sa famille a déménagé de Melbourne à New York parce que ses parents lui avaient dit qu’à New York, il y a avait le plus grand magasin de jouets du monde. Comme toujours, si vous êtes positifs et semblez réellement heureux et enthousiastes, les enfants le ressentiront et seront rassurés. Je trouve qu’il faut être honnête aussi. Je leur dis parfois que mes amis de Montréal me manquent, à quoi Charlotte répond : « C’est ok maman, tu peux les appeler sur Skype… »
  • Communiquez avec les adultes en contact avec vos enfants. J’ai demandé régulièrement aux maîtresses comment les enfants se comportaient pendant cette période, si elles avaient remarqué des changements. J’ai aussi essayé d’accompagner plus souvent les sorties scolaires pour les observer moi-même (et j’ai fait la même chose une fois arrivée à Londres)
  • Rassurez-les qu’ils garderont le contact avec leurs amis. Charlotte avait un petit carnet qu’elle emmenait partout avec elle pendant les dernières semaines. Elle y écrivait les adresses de ses amis. Maintenant, nous écrivons des cartes postales de Londres à ces mêmes amis. De nos jours, nous avons tellement de chance avec Skype, Facetime, etc.
  • Donnez aux enfants un certain contrôle sur le déménagement. Par exemple, laissez-les faire des cartons même si ce n’est pas l’opération la plus productive (j'ai trouvé des entreprises de déménagement qui apportent des cartons spéciaux pour les enfants!). De la même manière, lors de votre arrivée, donnez-leur l’occasion de prendre possession de leur nouveau chez eux, par exemple en choisissant la couleur de la peinture de leur nouvelle chambre
  • Ne prenez pas le déménagement comme une opportunité pour faire un gros nettoyage de printemps. Aussi tentant que cela puisse être, ce n’est apparemment pas le meilleur moment – c’est particulièrement vrai pour les enfants entre 2 et 7 ans…
  • Entraînez les enfants à se présenter. J’ai fait répéter à mes deux grands la manière dont ils allaient se présenter à leurs amis à l’école, au parc. « Bonjour, je m’appelle Charlotte. Je viens juste de déménager à Londres pour le travail de mon papa. Avant, j’habitais à Montréal au Canada »
  • Organisez une fête d’ « À Bientôt ». La nôtre ressemblait plus à une « mud party » dans notre parc local (c’était début avril) mais on a tous passé un superbe moment. Nous avions invité tous les amis que les enfants connaissaient de l’école et autres activités extra-scolaires. Nous avons pris beaucoup de photos et c’était un excellent moyen de clore le chapitre Montréal pour les enfants
  • Faites un album photo de l’endroit que vous quittez. Je ne l’ai pas encore fait, mais c’est sur ma liste : photos de notre ancienne maison, amis, des activités que nous aimions faire en famille, etc.
  • Utilisez des livres pour enfants qui parlent de déménagement. J’en ai utilisés certains comme ceux mentionnés dans la partie anglaise ci-dessus
  • N’oubliez pas leurs amis proches. Le déménagement peut aussi s’avérer difficile pour les « meilleurs » amis, ceux qui restent et pourraient être très tristes de voir leur ami(e) les quitter. Vous pouvez leur parler du déménagement, en expliquer les raisons, leur dire qu’ils pourront vous rendre visite, qu’il y aura toujours un lit pour eux, que vous pourrez leur parler sur l’ordinateur, etc.
Mon mari a eu une idée à laquelle je n’aurais jamais pensé : proposer à notre nounou de Montréal de venir avec nous pendant les deux premières semaines de notre installation pour adoucir la transition (en utilisant nos miles et en la faisant loger chez nous, finalement, c’était beaucoup plus réaliste que ce que je ne pensais). Nous avons eu de la chance de pouvoir le faire et aussi qu’elle accepte de venir.

Une fois sur place

  • Préparez la chambre des enfants en premier. Notre déménagement était transatlantique, donc nous savions qu’il allait falloir attendre environ deux mois avant de récupérer toutes nos affaires. Nous avions donc réfléchi à l’avance aux quelques jouets et autres objets auxquels les enfants tiennent que nous voulions mettre dans nos valises. Une fois sur place, cela nous a permis d’installer la chambre des enfants avec un minimum d’affaires personnelles
  • Prenez du temps pour les enfants. Lors de votre arrivée, si l’un ou l’autre des deux parents peut prendre des vacances ou un congé pour aider les enfants à s’installer, cela peut grandement faciliter la transition : être là pour écouter comment se passent les premiers jours à l’école, accompagner des sorties, les aider à se faire des amis au parc local – au besoin – , rencontrer les parents, demander conseils, etc.
  •  S’intégrer grâce au sport. Mon mari qui a beaucoup déménagé étant petit m’a toujours dit que participer à des sports d’équipe accélérait son intégration dans le nouvel endroit. Dans notre cas, comme nous déménagions en milieu d’année (loin d’être l’idéal), je m’étais renseignée avant de partir auprès des écoles et parents sur les activités extra-scolaires proposées. Je n’ai pas réussi à inscrire les enfants à toutes les activités désirées (par manque de place) mais je voulais être sûre par exemple qu’ils puissent jouer au foot le weekend dans notre quartier.

N’hésitez pas à nous envoyer vos recommandations! Je serais curieuse de voir ce qui a marché / n’a pas marché pour vous si vous avez été dans une situation similaire.

1 comment:

  1. Powerful article, very useful! Very true, moving is a stressful activity for both children and adults. Thank you.
    Merci beaucoup pour cet article puissant, et utile.Déménager est une activité stressante pour les enfants comme les adultes!

    ReplyDelete