14.1.15

Comment parler des attentats en France aux enfants?


Quand Jules, 6 ans, est rentré de l’école la semaine dernière et m’a dit « tu sais Maman, ils ont tué 12 personnes en France aujourd’hui », j’avoue avoir été un peu prise de court, étant à ce moment-là moi-même sous le choc de la nouvelle. Après la surprise est venu un mélange d’énervement et d’incompréhension qu’ils aient parlé de ça à l’école à cet âge. Combiné au fait que, bien sûr, Jules s’est ensuite empressé d’en parler à sa petite sœur de 4 ans.

Aujourd’hui, je me dis que c’est certainement très bien de ne pas l’avoir ignoré car les enfants en auraient entendu parler de toute façon. À mes explications certainement un peu trop hésitantes et succinctes, j’aimerais dans les jours qui viennent revenir avec Jules et Charlotte à tête reposée sur les événements de la semaine dernière.

Chaque parent décidera d’aller aussi loin qu’il le souhaite dans les explications, c’est très personnel. Si vous vous trouvez comme moi dans cette situation, cette courte revue de presse réunit les articles qui m'ont le plus interpellée et j'espère qu'ils vous donneront quelques pistes pour aborder cette conversation au combien délicate avec des petits.

Pour les parents :

- Le conseil de la pédopsychiatre Claude Halmos – Cliquez sur « Écoutez l’émission » de France Info (2 mins, message très clair)

- Le conseil d’un autre pédopsy sur BFM (sur l’importance de laisser l’enfant poser ses questions)

- Le point de vue d’une maman dans Milk Magazine (donc très personnel)

- et d’une autre sur le blog Babyccino (plus pour expliquer aux non-Français ce que représente Charlie Hebdo en France et en quoi cet attentat touche à nos valeurs fondamentales)

Des supports visuels pour en parler aux enfants :

- une excellente vidéo de Milan Presse sur la liberté d’expression (à partir de 6 ans) 

- un article dans le journal Astrapi (à partir de 7 ans), à downloader gratuitement en bas de cette page 

- un autre article dans le journal Le Petit Quotidien (ils disent pour les 6-10 ans, je dirais plus à partir de 10 ans car les concepts abordés sont complexes) 


P.S. : tous les pédopsy sont d’avis qu’il ne faut pas ignorer ce qui s’est passé mais qu’il ne faut pas non plus aller au devant de ce que l’enfant est en mesure de comprendre / a envie de savoir – et on le saura par les questions qu’il pose.

No comments:

Post a Comment